La promotion d’échelon

La promotion d’échelon

Le système de promotion d’échelon

Depuis la mise en place du PPCR en lors de la rentrée scolaire 2017, de nouvelles règles régissent, entre autres, la promotion d’échelon. Elles respectent le statut du fonctionnaire :

« L’avancement d’échelon est accordé de plein droit. Il a lieu de façon continue d’un échelon à l’échelon immédiatement supérieur. Il est fonction de l’ancienneté. […] Il se traduit par une augmentation de traitement. »

(Loi 84-16 : Statut général, titre IIe, art. 57)

Dans le cadre de la mise en œuvre des nouvelles carrières, l’avancement d’échelon est désormais automatique pour tous, sauf pour le passage du 6 au 7e et du 8 au 9e où, pour 30 % des collègues, une promotion sous la forme d’une « accélération de carrière » d’un an est maintenue, suite aux RDV de carrière.

Tableaux d’avancement

Trouvez ci-dessous les tableaux d’avancement à la classe normale et à la hors classe et à la classe exceptionnelle des professeur·e·s des Écoles, des certifié·e·s, des professeur·e·s d’EPS, des CPE, des PLP et des psychologues de l’Éducation nationale.

ÉchelonDurée dans l’échelonAncienneté cumuléeIndice majoré
11 an1390
21 an2441
32 ans4448
42 ans6461
22,5 années8,5476
33 ou 2 ans11,5 ou 10,5492
73 ans14,5 ou 13,5519
83,5 ou 2,5 années18, 17 ou 16557
94 ans22, 21 ou 20590
104 ans26, 25 ou 24629
11> 24673
Tableau d’avancement d’échelon de la classe normale des Professeur·e·s des Écoles, des Certifié·e·s, des Professeur·e·s d’EPS, des CPE, des PLP et des Psychologues
ÉchelonDurée dans l’échelonAncienneté cumuléeIndice majoré
12 ans2590
22 ans4624
32,5 années6,5668
42,5 années9715
53 ans12763
63 ans15806
7> 15821
Tableau d’avancement d’échelon de la hors classe des Professeurs des Écoles, des Certifiés, des professeurs d’EPS, des CPE, des PLP et des Psychologues
ÉchelonDurée dans l’échelonAncienneté cumuléeIndice majoré
111450
212498
324513
426542
52,58,5579
62 ou 310,5 ou 11,5618
7311,5 ou 12,5659
82,5 ou 3,516, 17 ou 18710
9420, 21, ou 22757
10424, 25, 26800
11830
Tableau d’avancement à la hors classe des agrégé·e·s
ÉchelonDurée dans l’échelonAncienneté cumulée
Du 1er au 2e2 ans2
Du 2e au 3e2 ans4
Du 3e au HEA13 ans7
Du HEA1 au HEA21 an8
Du HEA2 au HEA31 an9
Tableau d’avancement d’échelon de la hors classe des Agrégés

Vous pouvez retrouver l’intégralité des tableaux d’avancement, pour tous les corps de l’Éducation nationale, à toutes les classes (classe normale, hors classe et classe exceptionnelle) sur le site national de la CGT Éduc’action.

Pour en savoir plus sur :
la hors classe
la classe exceptionnelle

Indice brut et indice majoré

L’indice brut est une référence statutaire. En effet, les fonctionnaires sont recrutés à un échelon au sein d’un grade dans un corps. Les grilles statutaires fixent l’indice brut correspondant à chaque échelon. Par exemple, au 1 septembre 2021, l’indice brut correspondant au 10e échelon des PLP était fixé à 751.

L’indice majoré est quant à lui l’indice utilisé pour calculer la rémunération du fonctionnaire. Il apparaît en particulier sur les arrêtés de nomination et sur le bulletin de paie. Le traitement de base brut correspond alors à cet indice multiplié par la valeur du point d’indice.

La correspondance entre indice brut et indice majoré est fixé par décret n° 82-1105 du 23 décembre 1982 relatif aux indices de la fonction publique. Ainsi, l’indice majoré correspondant à l’indice brut de 751 est 620. Par conséquent, sur ta fiche de paie de septembre 2021, l’indice noté devait être 620.

Voir les indices – Après l’avancement : la hausse du salaire et les tables indiciaires.

Attention, promouvable ne veut pas dire promu.

Pour être promouvable : il faut satisfaire une condition d’ancienneté dans l’échelon. L’ancienneté dans l’échelon se calcule en prenant en compte la date d’accès à l’échelon et l’éventuel reliquat d’ancienneté figurant sur le dernier arrêté de promotion. Si la condition d’ancienneté est acquise entre 1er septembre et le 31 août de l’année scolaire en cours, on est promouvable.

Pour savoir si vous êtes promouvable :

  1. Allez sur I-Prof
  2. Onglet de gauche : « Vos perspectives »
  3. Onglet haut : « Promotions »

L’avantage spécifique d’ancienneté (ASA)

Le dispositif, qui a pris effet pour l’Éducation nationale au 1er janvier 2000, définit l’avantage spécifique d’ancienneté auquel ont droit les fonctionnaires de l’État lorsqu’ils exercent leurs fonctions dans un quartier urbain où se posent des problèmes sociaux et de sécurité (« Zone violence ») particulièrement difficiles, cet avantage intervenant exclusivement au titre de l’avancement d’échelon.

S’agissant de l’éducation nationale, le champ d’application du régime de l’ASA est défini par l’arrêté interministériel du 16 janvier 2001 qui fixe la liste des 2000 écoles et des 466 établissements scolaires ouvrant droit à l’ASA : il s’agit des écoles et établissements relevant du plan de lutte contre la violence (environ 40 000 enseignants et non enseignants). C’est-à-dire trois fois ce que prévoyait le dispositif de 1995, mais deux fois moins que celui de 91 (qui concernait tous les personnels ZEP).

L’ASA permet de bénéficier d’un avancement accéléré, de façon rétroactive.

L’avis de la CGT Éduc’action Versailles

revendications CGT Éduc

Toujours une promotion au mérite

Il existe encore une promotion au mérite que nous dénonçons. Pour les personnels enseignants, d’éducation et psy-EN, l’avancement d’échelon consiste à gravir des échelons sur un rythme unique d’avancement (sauf pour le 6e et le 8e échelon). Seulement 30 % des collègues au 6e (dans la seconde année du 6e échelon) et 8e (qui justifient d’une ancienneté dans le 8e échelon comprise entre 18 et 30 mois), pourront éventuellement bénéficier d’une réduction d’un an suite à un rendez-vous carrière. Vous trouverez les détails de notre analyse à ce sujet dans notre dossier complet.

Inspections et promotions toujours liées

Il existe encore un lien entre les inspections pédagogiques et l’avancement de carrière des enseignant·e·s, nous revendiquons une déconnexion entre les deux !
De plus, la place importante donnée aux chef·fe·s d’établissement dans l’évaluation est problématique. Nous avons d’ailleurs toujours dénoncé cela.

Téléchargez notre dossier